Jamesway
Accueil > Prévenir les décès dans les fosses à fumier >

Prévenir les décès dans les fosses à fumier

5 juillet 2011
Le National Institute for Occupational Safety and Heath (NIOSH) exige de l’assistance pour prévenir les décès des travailleurs fermiers dans les fosses à fumier. Il y a un urgent besoin d’informer les propriétaires et travailleurs de ferme sur les dangers de ces fosses, où le manque d’oxygène, les toxines et/ou une atmosphère explosive sont souvent le résultat de la fermentation des résidus dans un espace réduit. Ces dangers sont connus depuis plusieurs années. Néanmoins, des enquêtes récentes conduites par NIOSH sous le programme NIOSH Fatal Accident Circumstances and Epidemiology (FACE) suggèrent que les travailleurs fermiers ignorent le danger et plusieurs décès continuent d’arriver à cause d’une entrée dans les fosses à fumier.
 
Cette alerte décrit sept décès par asphyxie (suffocation) qui sont survenus lors de deux incidents concernant une entrée dans les fosses à fumier. Ces recommandations incluses dans cette alerte doivent être suivis par tous les propriétaires et travailleurs fermiers qui ont une fosse à fumier sur leur propriété.
 
Des 2,3 millions de fermes aux États-Unis [USDA 1985], un nombre incertain d’entre eux a des fosses ou des citernes à fumier. Les systèmes de fosse à fumier sont utilisés souvent sur les fermes de bétail (incluant les fermes laitières) pour permettre un nettoyage facile des bâtiments animaliers à espace réduit et l’entreposage efficace de gros montant de fumier brut. Parce que les grands espaces des bâtiments de rétention peuvent se nettoyer avec un tuyau d’arrosage ou autre méthode similaire, ces manières de gérer le fumier sont plus efficaces que la méthode historique qui constituait à pelleter des résidus animaux solides.
 
Dans la fosse, le fumier subit une digestion de fermentation anaérobique pour former de l’engrais. Le processus de digestion peut générer quatre gaz potentiellement dangereux :
 
L’accumulation de ces gaz dans un espace restreint de la fosse à fumier peut causer un manque d’oxygène, des toxines et/ ou un environnement explosif.
La base de données de la National Traumatic Occupational Fatality (NTOF) indique que de 1980 à 1985, l’asphyxie a causé le décès de 16 travailleurs dans des fosses à fumier ou citerne à résidu similaire. Ces décès sont le résultat de neuf incidents différents, cinq d’entre eux avaient plusieurs morts. Parce que la base de données de la NTOF inclut seulement des décès reliés aux travailleurs des É-U de 16 ans et plus, le nombre de décès survenus pendant les années 1980-1985 est sous-estimé.
 
Avec le programme FACE, la NIOSH à enquêté sur deux incidents survenus en 1989. Ces deux incidents ont donné sept décès et suggèrent que les travailleurs fermiers étaient inconscients des dangers d’une entrée dans une fosse à fumier. Ces fosses sont dessinées comme étant des espaces confinés avec des moyens limités d’entrer et une ventilation non favorable. Ces gaz générés par la pourriture bactériologique du fumier peuvent s’accumuler suffisamment pour créer un manque d’oxygène mortel (moins de 19,5 % d’oxygène), des toxines et/ ou un environnement explosif. [NIOSH 1987]
 
Deux travailleurs ou plus meurent lorsqu’un sauvetage est tenté sans l’équipement et les procédures sécuritaires appropriés. Cette chaîne d’évènement est compatible avec les trouvailles des enquêtes FACE, qui démontrent que 39 % des victimes d’espaces réduits étaient des collègues de travail ou d’autres personnes qui ont essayé de sauver la victime initiale [Manwaring et Conroy (presse)].
 
Les effets sur la santé
Ce qui suit est un résumé des effets psychologiques des gaz rencontré dans les fosses à fumier. Parce que tous les gaz peuvent déplacer l’oxygène (O2), les conditions atmosphériques dans la fosse peuvent manquer d’oxygène. Tableau 1 montre les effets sur la santé associée avec les différents pourcentages d’oxygène dans l’atmosphère [NIOSH 1987].

 

Tableau 1. Les effets sur la santé associés avec les différents pourcentages d’oxygène dans l’atmosphère
% d’oxygène dans l’atmosphère 
Effets sur la santé
21 (montant normal d’oxygène dans l’air)
Aucune
19.5 (minimum d’oxygène sécuritaire)
Aucune
16
Une altération du jugement et de la respiration
14
Mauvais jugement, fatigue rapide
6
Respiration difficile, décès en quelques minutes
Source: NIOSH [1987].
 
Méthane
Le méthane (CH4) est un gaz inodore qui est inflammable ou explosif à des concentrations de 5 % à 15 % par volume d’air [NIOSH 1985B]. À de hautes concentrations, le méthane peut déplacer l’oxygène et causer la mort par suffocation. Puisque ce gaz est plus léger que l’air, il se tient à la surface de la fosse. Le méthane devrait s’attendre à être dans les fosses à fumier.
 
Le sulfure d’hydrogène
Le sulfure d’hydrogène (H2S) est un gaz hautement toxique avec une odeur « d’œuf pourri » à de basses concentrations [NIOSH/OSHA 1981]. À de hautes concentrations, le sulfure d’hydrogène peut paralyser les sens olfactifs [NIOSH 1979]. Puisque ce gaz est plus lourd que l’air, il se tient au fond des fosses à fumier. Le sulfure d’hydrogène est un sévère irritant oculaire et peut causer des dommages aux tissus [NIOSH/OSHA 1981]. À de basses concentrations, le gaz peut causer de l’étourdissement, le mal de tête et l’irritation des voies respiratoires. À de hautes concentrations, le sulfure d’hydrogène peut causer une perte de conscience, une insuffisance respiratoire et la mort en quelques minutes. De plus, le sulfure d’hydrogène peut être explosif à haute concentration de 4,6 % à 46 % en volume [NIOSH 1985a].
 
Le dioxyde de carbone
Le dioxyde de carbone (CO2) est un gaz inodore déjà présent dans l’atmosphère [NIOSH/OSHA 1981]. Puisque ce gaz est plus lourd que l’air, il se tient au fond des fosses. À de basses concentrations, le dioxyde de carbone peut provoquer une respiration difficile, la somnolence et des maux de tête. À de hautes concentrations, le dioxyde de carbone peut déplacer assez d’oxygène pour causer la mort par suffocation.
 
L’ammoniaque
L’ammoniaque (NH3) a la même caractéristique olfactive de l’ammoniaque domestique [NIOSH/OSHA 1981]. Ce gaz peut sévèrement irriter les yeux, le nez, la gorge et les poumons. L’exposition à de hautes concentrations peut être fatale.
 
Conclusion
Plusieurs travailleurs fermiers semblent ignorer le danger immédiat d’une entrée dans une fosse à fumier. Comme d’autres types d’espaces restreints, les fosses à fumier présentent des problèmes spéciaux face à la connaissance des dangers. Les conditions atmosphériques dangereuses peuvent exister de façon intermittente. Dans certains cas, les fosses ont été entrées durant plusieurs occasions sans problème. Des entrées sans problèmes peuvent donner une impression de sécurité pour les travailleurs en entrant dans les fosses.
La décomposition des résidus qui se produit dans les fosses à fumier peut créer une carence en oxygène, des toxines et/ou une atmosphère explosive. L’action bactériologique anaérobique qui détériore le fumier peut générer du méthane, du sulfure d’hydrogène, du dioxyde de carbone et de l’ammoniaque. Ces gaz peuvent causer des effets toxiques, mais plus importants, ils peuvent déplacer l’oxygène dans des espaces confinés. La mort peut être causée par manque d’oxygène ou par les effets toxiques de ces gaz [Donham 1983; CES 1980]. De plus, le méthane et le sulfure d’hydrogène présentent un danger d’explosion.
Quelques incidents se sont produits durant des chaudes périodes, ce qui peut aboutir à une accumulation de gaz dans les fosses. Tous les 16 décès identifiés par la base de données du NTOF se sont produits d’avril jusqu’à septembre, avec le plus grand nombre en août. Même si ces informations indiquent que l’été est la période dangereuse, le potentielle d’une carence en oxygène, des toxines et/ ou d’une atmosphère explosive est toujours présent.
 
RECOMMENDATIONS
Les fosses de fumier sur les fermes devraient être traitées de la même façon que n’importe quel autre espace restreint. Alors :
 
De plus, des masques à oxygène doivent être utilisés par tous les individus qui entrent dans une fosse. Cependant, puisque le matériel et l’entrainement spécialisés ne sont pas toujours disponibles pour les travailleurs fermiers, la HIOSH recommande qu’ils prennent les précautions MINIMUMS lorsque les fosses à fumier sont utilisées :
 
NIOSH recommande aussi que les actions qui suivent doivent être suivies par les propriétaires de ferme et les gestionnaires ainsi que les manufacturiers et les fournisseurs d’équipement pour les systèmes de fosse pour résidu animal :
 
Rédaction :Catherine Ruscigno

 

 

Produits Épandage à Forfait Planification de nouvelles étables À propos Nous joindre Liste d'envoi Archives nouvelles

 

Copright © 2010 - ADEO INTERNET MARKETING. All Rights Reserved