Jamesway
Accueil > L’ensilage de qualité est plus précieux que jamais Partie 1 >

L’ensilage de qualité est plus précieux que jamais Partie 1

17 novembre 2011

Lance Whitelock pour Progressive Dairyman

En général, le prix pour la nourriture fournie aux vaches vaut presque le double de la moyenne de son prix d’il y a quelques années. Et il y a beaucoup de débat à savoir si ces prix reviendront un jour à la normale, si non, serait-il possible d’obtenir une réduction sur le prix et quel serait le montant de cette réduction. Tandis que tout ceci n’est que spéculation sur des facteurs qui sont largement hors de notre contrôle, nous avons la capacité de penser à l'avance pour prévenir les gâchis; utiliser des options d'achat pour contrôler notre exposition au risque d’augmentation des prix et nous devons continuer à nous éduquer au sujet de ces stratégies et quand les utiliser.

Il est aussi toujours possible d'économiser de l'argent (coûts d’alimentation moins dispendieux) en produisant un ensilage de meilleure qualité. En fait, la gestion de nos opérations d'ensilage peut déterminer si nous faisons ou non des profits au cours des années qui sont plus serrées financièrement. Il ya trois étapes clés pour améliorer votre rentabilité en améliorant la qualité de votre ensilage.

Le fourrage est la base de l'alimentation d'une vache laitière. La quantité d'énergie et de protéines qu’une vache consomme à travers ses fourrages détermine la quantité d'énergie et de protéines qui doivent être fournies par des concentrés. Plus la qualité du fourrage augmente, plus l’énergie et les protéines contenues dans le fourrage sont nutritives. Lorsque nous donnons des fourrages de meilleure qualité à nos animaux, nous réduisons la quantité d'énergie et de protéines qui seraient normalement fournies par des concentrés que nous aurions achetés. Nous sommes en mesure d'économiser sur les produits que nous achetons, lorsque nous achetons, produisons et / ou nourrissons nos vaches avec des fourrages de bonne qualité.

La perte de matière sèche, par définition, est invisible. La preuve de la perte de matière sèche peut être observée seulement lorsque vous avez une surface que vous pouvez utiliser pour comparer la taille d'une récolte massive d'ensilage avec des périodes de temps suivant l'ensilage. Cette observation est possible dans des tours de silos et dans des silos couloirs si l'ensilage ne dépasse pas le haut du mur. Toutefois, il n'est pas possible de voir deux ou trois pieds d'ensilage manquants dans une pile qui mesure 25 pieds de haut. Pour obtenir les données exactes résultant de la perte de matière sèche, chaque chargement de fourrage doit être pesé et la matière sèche doit être vérifiée quand elle est mise dans des tas et encore quand elle est retirée de la pile. Malheureusement, ce procédé n’est pas pratique dans la plupart des laiteries commerciales. Heureusement, les recherches ont clairement identifiées les principaux facteurs de perte de matière sèche et nous pouvons maintenant estimer les pertes de matière sèche dans les tas d'ensilage avec beaucoup plus de précision.

Dans un régime alimentaire, donner 40 livres d'ensilage de maïs par vache chaque jour signifierait une économie des coûts de rationnement de plus de sept sous par vache à tous les jours. Ces calculs ne font que démontrer la valeur de l'épargne obtenue, sans pertes de qualité, en sauvegardant la quantité d'ensilage qui serait normalement perdue. Les pertes dans un ensilage de matières sèches débutent avec la perte des nutriments les plus solubles et dont la qualité est supérieure. La perte de matière sèche signifie la perte de nutriments comme les sucres, les féculents et les protéines solubles qui se retrouvent naturellement dans les fourrages. La cellulose, la lignine et les cendres ne sont que des pertes mineures. Par ailleurs, la perte de matière sèche favorise la concentration de nutriments à faible valeur nutritive comme les fibres et les protéines liées à la fibre, tout en diminuant la concentration des nutriments de qualité supérieure.

La perte de matière sèche signifie que moins de nourriture est disponible pour nourrir les vaches. Cette perte doit être remplacée et elle est souvent achetée. Même si l'alimentation de remplacement est cultivée par la laiterie, elle représente des coûts supplémentaires qui n'auraient pas été nécessaires s'il y avait eu moins de pertes de matière sèche. De plus, parce que les nutriments possédant une plus grande valeur nutritive ont été perdus, nous devons maintenant les remplacer si nous voulons continuer à fournir une alimentation de qualité aux vaches qui ont besoin de performer à un niveau optimal. Malheureusement, ces nutriments de qualité supérieure sont plus coûteux à remplacer, ce qui cause, une fois de plus, une augmentation de nos dépenses.


 

 

Produits Épandage à Forfait Planification de nouvelles étables À propos Nous joindre Liste d'envoi Archives nouvelles

 

Copright © 2010 - ADEO INTERNET MARKETING. All Rights Reserved